Flô est une esquisse de la vie qui met en scène les destins croisés d’êtres humains, qui vont vivre ou mourir, rire, pleurer, sentir, aimer… La vie, astucieusement représentée par une corde, passe de mains en mains, va et vient, casse, se perd.

Chaque personnage est présent, avec sa gestuelle, son originalité, faisant pourtant partie d’un tout, de la société, du monde. Danse africaine, hip hop et danse contemporaine s’entrecroisent avec habileté et nous emmènent dans un univers imprévisible où à chaque instant, nous caressons la mort et jouons avec la vie.

C’est un rapport au monde que Chantal Gondang nous expose avec sensibilité, à travers une émotion grandissante, dans un spectacle poignant, fort, où la vie quotidienne, ses joies, ses peines, sont implicitement imbriquées.

danse insolite 1

Flô vu par Chantal Gondang

La danse est un langage muet. Nous n’avons pas besoin d’employer des mots pour nous faire comprendre et pouvons par cela exprimer d’avantage. Ne sachant pas comment extérioriser ma peine, j’ai décidé de la mettre en scène.
Flô est un hommage à deux personnes qui m’étaient chères. Ma sœur, décédée à l’âge de trente deux ans et mon frère que j’ai perdu récemment.

Pourquoi la mort existe-t-elle ? Elle nous rend malheureux, aigris, elle nous rend sombres. Triste mystère… Il est vrai que la vie n’est pas de tout repos. Elle est pleine d’obstacles, d’imprévus. Car qu’est- ce que la vie sans ceux qu’on aime ? Comment survit-on après la mort de ceux qui nous sont proches ? J’ai perdu mon frère, avec lequel j’avais une complicité telle que je n’aurai plus jamais avec personne. Ainsi, nous évoluons face à l’adversité. Je dois emprunter un autre chemin, seule. C’est pourquoi je pense qu’après avoir traversé une douleur aussi forte, nous renaissons en quelque sorte, nous apprenons à vivre autrement. Jean Sulivan a dit : « Ne craignez pas pour ceux que vous laissez. Votre mort en les blessant va les mettre au monde. » Nous nous reconstruisons ainsi, petit à petit, pour devenir des personnes plus mûres, plus fortes.

danse insolite 9

Cependant, j’ai refusé d’établir un spectacle à l’atmosphère morbide et de tomber dans le stéréotype de la mort imagée. Flô n’est pas l’histoire de la mort ni un débat philosophique sur celle-ci, mais le ressenti d’une personne vivante face à la mort d’un proche. J’ai créé une danse dynamique, émouvante et sensuelle, captivante pour le spectateur.

J’ai intégré le hip hop à la danse afro-contemporaine. Le mélange est une richesse, il est toujours constructif. Mon équipe est composée de danseurs d’univers différents. Les avoir en face de moi m’a permis d’ouvrir mes horizons, de créer une autre gestuelle.

REPRÉSENTATIONS

  • Douala, festival Danse Insolite – 15 avril 2016
  • Le Havre, Palais des Régates – 25 janvier 2013
  • Neuilly-sur-Marne (93), Conservatoire – 25 novembre 2011
  • Pologne (Bytom, Cracovie), European festival of contemporary dance – 29 juin, 1er juillet 2011, (en partenariat avec l’Institut français de Cracovie)
  • Champigny sur Marne (94), école Anatole France – mai/juin 2010 (2 représentations et ateliers avec les élèves de CM2)
  • Arques, Centre Culturel Daniel Balavoine – 12 juin 2010
  • Paris, Sudden Theatre – 3 mars au 11 avril 2009 (18 représentations)
  • Le Perreux, Centre des Bords de Marne – 29 novembre 2008
  • Neuilly-sur-Marne, Conservatoire – 19 avril 2008
  • Le Perreux, Centre des Bords de Marne, 16 décembre 2007